• La réflexion est simple : l'un ne peut pas aller sans l'autre. Sans public, sans fan, un artiste ne va jamais très loin . D'un autre coté le public est toujours à la recherche d'artiste de qualité, qualité définit par les goûts propre de chacun. Les deux éléments ont besoin de l'autre et coexistent en parfaite harmonie malgré quelques jalousies. Il arrive qu'un artiste ne trouve pas son public, non pas parce qu'il est mauvais (ou pas forcement) mais parce que tous les éléments de la recette non pas été réunis. Il arrive aussi que le public se détache progressivement ou d'un seul coup d'un artiste.

    Ceci est le cycle artistique, certain perdure dans le succès d'autre perdure dans l'anonymat et une autre partie laisse la place a une nouvelle génération. Le public suit ce cycle sans se plaindre et les deux éléments fonctionnent ensemble pour le bonheur de tous le monde.

     

    Il s'agit là d'un véritable conte de fée. Et comme dans beaucoup de contes les méchants viennent problématiser le système. Dans cette histoire, il n'existe pas un méchant unique sous une seule forme mais il y en a un qui m'exaspère particulièrement en ce moment. J'ai nommé : Les RPS, Receleurs de Place de Spectacle.

    Ils ont le mérite d'avoir compris le système, il ont le démérite de l'exploiter abusivement.

    A chaque spectacle ayant une certain ampleur il sont à l'affût pour se faire de l'argent sur le dos des artistes et de leur public. La méthode est d'une simplicité défiant toute concurrence, elle répond a la loi de l'offre et de la demande. En achetant dès l'ouverture des dizaines de places au prix d'origine l'offre diminue et cela va de soi les spectateurs potentiels vont se trouver à court et les plus riche vont pouvoir s'arracher les places a prix d'or sur des sites de ventes aux enchères. De cette manière le public le moins riche se retrouve sur la touche en ayant la sensation de s'être fait avoir.

     

    Il fallait se lever plus tôt me direz vous, ainsi il y aurait eu des places disponibles! Mais non je refuse : Aux fans les plus fou d'aller camper devant une billetterie si ils le désirent ! Je leur reproche rien si c'est un moyen de prouver leur admiration. Je voudrais arriver a l'heure qui me convient et si il n'y a plus de place que ce ne soit pas par la fautes des receleurs mais grâce aux spectateurs qui font le succès de celui que j'admire.

    Et comment suis-je certain que ce sont pas ces mêmes spectateurs qui revendent les places parce qu'ils ont un empêchement. Car, et je précise le sujet, 3 jours après l'ouverture des ventes des billets pour le concert d'octobre de Mika déjà des douzaines de personne revendait leurs places et ces empêchement soudain me paraissent plutôt étranges a mon goût. Aussi j'espère, même si je suis idéaliste, que les fans ou le public d'un artiste ai assez de réflexion et de sympathie pour ne pas ruiner leurs égaux

     

     

    Tout cela pour vous demandez de ne plus faire profiter ces receleurs d'art !

    2 commentaires
  • Avez vous déjà croiser une de ces personnes pompeuses, ingrates, supérieurs, et tellement sur d'elles que rien ne pourrait les arrêter ? Sans aucun doute.
    Mais avez vous essayer de rentrer dans son jeu en acquiescent niaisement a tous ces propos (souvent superficiel) ? C'est le meilleur moyen de trouver de l'intérêt à ces personnes là.

    « Moi je suis trop contre la guerre, c'est trop nul quand y a des gens tristes, surtout quand il meurt... C'est trop pas classe ces situations. Moi je suis trop pour la paix et surtout, contre les manteaux en peau de phoque comme elle a dit Brigitte à la télé. Ouais parce que ça c'est trop pas Channel ! »

    A la suite de ce genre de tirade un seul conseil : Acquiescez pour éviter de vexer votre interlocuteur ou de paraître trop... disons déplacé. Et surtout profiter du ridicule de sa situation pour faire un plein de confiance en vous et d'augmenter dans votre estime personnelle.

    Alors moquer vous et gonfler votre ego le plus possible tant que vous le pouvez. Cela fait énormément de bien.
    Mais n'oubliez jamais que lors de vos propre discutions philosophique une oreille beaucoup plus savante et érudite que vous se moque peut être en silence. N'hésitez surtout pas a dire des grands mots pour faire de l'effet et moquez vous à volonté des personnes paressant ignorantes et sans analyse. Mais sachez toujours que vous êtes forcement le niais de quelqu'un.


    votre commentaire
  • Ci dessous voila une très ancienne chanson non complètes a laquelle
    je cherche le reste des paroles et si possible l'air... Si quelqu'un a un indice, merci de me faire signe ;-)
    Les (trois) mystères

    Petit oiseau sous la feuillée
    Ou la brise berce ton nid
    Lorsque le soir à la veillée
    Ton chant jusqu'à nous retenti

    [...]

    Je chante comme l'eau murmure
    Sans jamais me demander pourquoi,

    [...]

    Charmant bouton tout prêt d'éclore
    Tu seras une fleur demain.
    Est ce pour saluer l'aurore
    Ou pour flétrir dans ma main?

    Est ce pour embellir la terre
    Que dieux t'a donné tant d'attrait ?
    Es tu quel que riant mystère
    Dont ton calice a le secret ?

    Je fleuris je meurt de même
    Sans jamais me demander pourquoi.
    De la beauté suis je un emblème ?
    Je ne le sais pas plus que toi.


    votre commentaire
  •  

    Il y a dix ans, je traversais l'adolescence avec mes doutes et mes peurs. A cette époque, on nous parlait beaucoup d'une incompréhension, d'une division, d'une intolérance de la part de chacun. Alors nous avions d'autant plus d'appréhension pour l'avenir. Notre pays nous paraissais en danger, certain allait même jusqu'à évoquer le mot de crise. Les politiques se confrontaient mais n'échangeaient pas. Alors quand nous nous imaginions notre pays dans une décennie, nous étions pris de frissons et d'angoisse, nous pouvions imaginer les pires choses jusqu'à ce qu'un phénomène change tout.
     
            Trois ans après les élections de mai 2007 le pays était au plus bas. Et c'est  cours des mois de mai et de juin 2010 que le pays a connu ce merveilleux tournant. Nous pourrions baptiser ça « prise de conscience commune », « grand ras le bol français » ou  « mutation de l'état d'esprit national», peu importe son nom, une chose est sur cet événement à été favorable pour tous. Ce qui s'est passé je vais vous le confier : La population française en avait marre de vivre dans ces conditions et plutôt que de se révolter comme à son habitude elle essaya de se comprendre elle-même. Les gens ont commencé a vouloir saisir le sens de la vie de leur voisin de pallier, de quartier, de village et sont allés voir ailleurs dans la ferme intention d'y découvrir autre chose. Et chacun s'est rendu compte peu à peu que malgré nos divergence d'opinion, de style, de mode de vie il fallait s'entendre et accepter l'autre pour retrouver une France soudé et solidaire.
     
            Le temps a passé et de l'eau a coulé sous les ponts, a présent, dans la nouvelle France rien n'est plus comme avant. La politique s'est transformée et la 6ème république qui viens juste d'être inauguré fonctionne pour le mieux. La justice ne fait plus de graves erreurs. Le système scolaire est enfin adapté à tous : les intellectuels, les manuels, les artistes ont tous la possibilité de faire leurs preuves dans leur domaine. La culture est devenu plus facile d'accès afin de ne pas perdre ce nouveau sentiment de tolérance collective et que chacun continu à respecter l'autre. Evidement des personnes trouvent encore le moyen de causer des problèmes mais cette minorité a perdu de sa puissance et continu à faiblir. Et nous pouvons nous promenez sans peur dans la rue.
     
           La tolérance a fait un tel bon en avant que cela fait bien longtemps que je n'ai pas sentit un de ces regards désobligeant qui était porté auparavant. Si aujourd'hui je me met à hurler ou a sauter de joie en pleine rue, les passants vont sourire et non me jeter des regards offusqués. Si au contraire je suis seul à pleurer sur un banc ma situation risque de ne pas durer car très vite quelqu'un va venir me voir pour me remonter le moral. Personne n'hésite à aller parler avec quelqu'un qu'il ne connaît.
     
            L'époque a laquelle nous vivions est merveilleuse et ce qui permet cette harmonie c'est en premier lieu la Tolérance. Nous nous sommes découvert et nous échangons nos idées et nos point de vue pour permettre a notre pays de fonctionner. Ce qui est encore plus fabuleux c'est que nous avons montré l'exemple à d'autre et maintenant que nous sommes sorti d'une époque de crise et rentrer dans une phase d'équilibre nous pouvons aider d'autre pays à se ressouder. 
     
     
           Dans dix ans je me souviendrais de cette époque ou je traversais l'adolescence avec mes doutes et mes peurs, dans dix ans j'espère pouvoir vivre dans un pays qui se rapproche de celui que je viens de vous faire rêver.


    votre commentaire
  • Les gens passent, s'attendent, se retrouvent, se redécouvrent, s'enlacent. Chacun est dans l'impatience de la retrouvaille. Je vois ici des personnes de tous genres, jetant des regards furtif à leur montre ou leur portable. Nous nous trouvons sur le lieu sacré du rendez-vous, la fontaine émet son jaillissement éternel.
    Nous sommes sur la place Saint Michel.

         Mes yeux sont attirés par une femme, elle doit avoir autour de 45 ans, elle est grande brune au cheveux court, elle est vêtu d'une longue jupe noir et d'un haut blanc. Elle essaie de garder son sourire derrière une anxiété évidente, ses grand yeux marron sont partout elle tourne, sa jupe suit le mouvement. Qui attend elle ? Un homme, une femme, de la famille, un ami ? Elle tourne en sens inverse et ses yeux qui allaient rapidement à droite puis à gauche se stoppent tout d'un coup, l'anxiété disparaît, alors le sourire prend toute sa beauté et son visage s'illumine. Elle se met a courir, bouscule les gens, plus rien lui importe elle atteint la personne attendu lui saute dans les bras et l'embrasse.

         J'entend un rire, je tourne ma tête, il y a à cette endroit deux fille et un garçon qui parlent, plaisantent, évoquent des souvenir. Ils ont environ 20 ans et leur excitation est clairement apparente plus le temps passe plus ils parle vite, passe du coq a l'âne, et hausse la voix. Sur la rue d'en face débarque quatre autres jeunes : deux filles et deux garçons ils portent d'énormes sacs a dos. L'un des quatre désigne du doigt la masse de personne sur la place. Les quatre accélèrent le pas à la rencontre des trois premiers. Les deux groupes entre en contact. Des cris retentissent chacun se prend dans les bras tout le monde parle, personne ne s'écoute, ils ont tant à se dire.

        
    Une personne me frôle. Il s'agit d'un  homme très classieux il doit avoir une trentaine d'années. Il fait des tours, marche, traverse la foule. A des moments il s'arête et tourne sur lui-même il se met sur la pointe des pieds et fronce les yeux. Il relève sans cesse sa manche pour regarder l'heure. Il se remet a piétiner et va s'asseoir au bord de la fontaine. Apparemment cette endroit ne lui convient pas, il se lève et traverse a nouveau la place bousculant les gens sur son passage. Il traverse la rue mais ne revient pas, je le suis du regard s'enfuir dans une allée voisine lorsqu'une autre personne crie son prénom du bord de la place. Il se retourne et cavale a la rencontre de celle dont il pensait qu'elle l'avait oublier

         Un parfum derrière moi me fais réagir, je me retourne brusquement, ses yeux croisent les miens.  « Je t'attendais ».

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires